Hestejada Occitana

Programme et Animations à Paris

Le programme

Vendredi 19 mai 2017 En libre accès 10h : ouverture officielle De 10h30 à 12h : présentation des filières et entreprises partenaires De 10h à 15h : Workshop Tourisme 12h : déjeuner – buffet à la Halle des Oliviers 15h : atelier linguistique «  Professions anciennes et noms de famille : des noms de métiers à la socialité traditionnelle en Béarn et Sud-Gascogne » par Pierre SALLES De 16h à 17h30 : suite des présentations des exposants 17h30 : conférence « La culture dans l’entreprise » par MM Pierre et Alexandre SAUBOT (Haulotte Group et Président de l’UIMM) 19h : « Passejada Gormanda » en Party Bus à travers Paris et à la rencontre des chefs béarnais (sur inscription) – Co-organisation Chef David Ducassou/ Accents du Sud – 19h : départ de la Bellevilloise en Party Bus – Circuit touristique dans la Capitale – Mise en bouche concoctées par le chef Ducassou, ambiance cantèra – Dîner chez les chefs Camdeborde, Etchebest

Lire la suite

Atelier linguistique :  » Comprendre les noms propres du sud-ouest « 

Comprendre les noms propres du sud-ouest : approche historique et linguistique de la patronymie gasconne  Retrouver la signification d’origine des noms d’hommes issus de la zone gasconne n’est possible qu’en prenant en compte l’Histoire linguistique et sociale de cette zone géographique. Chacune des strates culturelles qui se sont succédées sur ce sol a en effet laissé son trésor de patronymes, toujours révélateurs de la vie des sociétés anciennes, de leur organisation, et de leur façon de fonctionner. Mais c’est un véritable écheveau qu’on est alors contraint de démêler, semé de pièges, d’homonymies traîtresses, d’éléments mixtes, d’apparences trompeuses. Le patronyme palois Beloscar, par exemple, n’a ainsi rien à voir avec un bel homme portant « Oscar » pour prénom : il signifie en fait « nom de l’homme demeurant près de la partie supérieure du pâturage ». Aragnou ne fait nullement référence à une petite araignée, mais bien à l’arbre appelé « prunellier », etc. Les choses sont encore

Lire la suite

Atelier linguistique :  » Professions anciennes et noms de famille »

Professions anciennes et noms de famille : des noms de métiers à la socialité traditionnelle en sud-Gascogne  »  Parmi les thèmes sociaux qui ont généré le plus de noms de famille se trouvent les références à la profession : mouliė est à l’origine (« lo molièr » dérivé de « la mola », la meule), le meunier, hustė (« lo hustèr » dérivé de « la husta », le bois d’oeuvre) le charpentier, larrodė (« l’arrodèr », « l’arròda », la roue) … Fouiller le corpus de ces patronymes permet de dresser peu à peu un tableau des activités économiques traditionnelles et d’exhumer des professions évocatrices de cette époque et de cette société, révolues, certes, mais qui ont enraciné tant de choses, souvent toujours sensibles, dans la mentalité moderne des hommes du sud, et forgé leur identité. En complétant ce travail de recherche onomastique par une prise en compte des proverbes, des expressions, des coutumes, des chansons traditionnelles, (généralement sarcastiques !) dans les régions pyrénéennes,

Lire la suite

Causerie : « Les emprunts du français à l’occitan »

Depuis des siècles, et aujourd’hui encore, l’occitan laisse sa marque dans le français. Des emprunts parfois inattendus émaillent l’histoire de la langue française. A commencer par le mot « amour » qui provient de l’occitan « amor », et plus précisément de son emploi dans les textes troubadouresques sur la « Fin’amor » (auparavant, à l’époque médiévale, le français employait le terme « ameure »). La « salade » (salada), est, littéralement la « salée », le légume que l’on accommode avec du sel. Le dernier en date « la gnaque » vient de la féminisation du mot occitan « nhac » (le mordant) employé dans sa forme originelle par les commentateurs des matchs de rugby puis adopté en français sous cette forme nouvelle.

Lire la suite

Causerie : « L’accent, un enjeu de pouvoir »

L’accent n’est rien d’autre que la manière de prononcer une langue. Dès lors, chacun d’entre nous possède un accent, mais, en France, un seul accent est jugé neutre : celui des « élites » parisiennes… Ceux qui ont le malheur de ne pas prononcer notre langue avec l’intonation « standard »  sont fréquemment l’objet de sarcasmes, de sourires condescendants, parfois de discriminations professionnelles. Car l’accent est aussi un enjeu de pouvoir.

Lire la suite

Le festival Hestiv'Òc est organisé depuis 2005 par l'association Accents du Sud

Suivez-nous…

Facebook